Votez
www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.
Sondage

La sécurité privé est un métier marginal sans avenir à cause :

19% 19% [ 77 ]
19% 19% [ 74 ]
16% 16% [ 65 ]
19% 19% [ 77 ]
26% 26% [ 102 ]

Total des votes : 395


Attaque de fourgon à Aubervilliers : le convoyeur toujours dans un état grave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attaque de fourgon à Aubervilliers : le convoyeur toujours dans un état grave

Message par Braveheart le Lun 4 Juin - 16:57


Attaque de fourgon à Aubervilliers : le convoyeur toujours dans un état grave


Stéphane Sellami | Publié le 04.06.2012, 06h31 | Mise à jour : 16h28


AUBERVILLIERS, lundi matin. Un convoyeur a été blessé lors d'une violente attaque à l'arme lourde.

Un commando de malfaiteurs a attaqué un fourgon blindé de la société TAS lundi matin vers 5 h 30 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Au moins trois braqueurs ont menacé les convoyeurs au volant de leur véhicule blindé avant de faire usage de leurs armes à feu. Plusieurs tirs ont été échangés entre les victimes et les braqueurs.

Le fourgon d'Aubervilliers a été attaqué à la kalachnikov
Un convoyeur a été sérieusement blessé au cours de cette fusillade. Huit impacts de balle ont été relevés sur le véhicule blindé pris d'assaut.

Selon le secrétaire départemental du syndicat policier Alliance, Christophe Ragondet, qui s'est rendu sur les lieux de l'attaque, le convoyeur a été «très gravement touché». Touché à l'abdomen, il a été transporté à l'hôpital Avicenne, à Bobigny, pour y être opéré. «L'opération s'est déroulée avec succès, mais son pronostic vital reste engagé», a assuré une source syndicale.

Les malfrats sont partis avec un butin de 195 000 euros

Les malfaiteurs ont réussi à prendre la fuite en emportant une partie de l'argent transporté par le fourgon, soit environ 195 000 euros. «Ils ont pris la fuite à bord d'un 4x4 qui a été retrouvé incendié à quelques kilomètres d'ici, à La Courneuve», a précisé M. Ragondet. Preuve de la violence de l'attaque, de nombreux impacts de balle étaient visibles sur le fourgon pris pour cible par les malfrats ainsi que sur une Renault Kangoo garée à proximité.

«Les malfaiteurs étaient équipés d'armes de guerre, visiblement des kalachnikov», a raconté M. Ragondet. Selon la préfecture, une dizaine de douilles ont été retrouvées sur les lieux de l'attaque, autour desquels un important dispositif de sécurité a été déployé.

Plusieurs témoins interrogés sur place ont également fait état de la violence du braquage. «J'ai entendu des rafales de tirs, ça m'a réveillé, c'était impressionnant», a déclaré un habitant du quartier qui n'a pas souhaité donner son nom. «Cette attaque nous a surpris. On a eu peur», a renchéri le propriétaire du véhicule touché par un impact de balle, qui se trouvait dans une brasserie située face au métro au moment des faits.

«Je prenais un café avant d'aller au travail. Quand on a entendu les tirs, on s'est tous cachés derrière le mur», a raconté ce jeune homme. «J'aurais pu être dans ma voiture et prendre la balle en pleine tête», a-t-il ajouté, se disant «choqué». Selon une employée du bar, Christine Fernandez, arrivée une vingtaine de minutes après l'attaque, «ce n'est pas la première fois» qu'un braquage a lieu sur cette avenue, proche du périphérique et de la porte de la Villette. «Il y en a déjà eu un l'année dernière, a-t-elle poursuivi.

Les braquages en hausse de 75%

Le nombre de vols à main armée visant les entreprises de transports de fonds a augmenté de 75% sur douze mois glissants entre mai 2011 et avril 2012, par rapport à la même période un an auparavant, selon le bilan mensuel de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

C'est la troisième attaque d'une fourgon blindé de la même société enregistré, en un mois et demi, en Seine-Saint-Denis. Le 7 avril, à hauteur de la Porte de Bagnolet et le 14 mai à Montreuill-sous-Bois, des malfaiteurs avaient tenté de braquer des convoyeurs de fonds. Ces braquages avaient échoué.

«L'attaque aurait pu faire des victimes civiles», a estimé Christophe Ragondet. «A partir du moment où on fait usage d'une arme de guerre en pleine ville, on peut toucher n'importe qui», a-t-il conclu.

La brigade de répression du banditisme (BRB) est chargée de l'affaire.

source
avatar
Braveheart
Moderateur
Moderateur

Masculin Nombre de messages : 1104
Points : 2817
Date d'inscription : 03/09/2008

http://hri-secu.forumsjobs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum